L’obscurcie

passéprésentobscurcie

Toi le  prince de mes 16 ans , je m’en souviens comme d’hier, sourire aux lèvres, cheveux au vent.
Tu dégringolais la colline, celle qui menait vers la rivière. Au clocher du village midi sonnait notre rencontre.
Et l’on riait de tout, de rien, on s’en allait main dans la main.

Au joli temps, au temps joli, nous avons gravé la tendresse dans un coeur sur le chemin
Heureusement il y a un temps pour ne pas penser aux lendemains, ceux qui chantent ou qui déchantent.

Le chagrin c’est comme le gros temps, ça gronde , ça dévaste, ça brise et ça vous éclate le coeur.  Puis s’en vient l’éclaircie timidement .

Un jour je reviendrai à Juchepie près du clocher .
Extrait page 45

“L’escalier pleure sous mes pas
Je te laisse un peu derrière moi,
J’entends ta musique et ta voix
Dans le grenier et par-delà.
Là-haut dans ma malle au trésor,
Il y a mon amour qui dort »

Chanson « Ballade en novembre » Anne Vanderlove

Un commentaire sur “L’obscurcie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s