La maison

758af8c0

La maison

La maison du bout du chemin

Prend des allures de bout du monde,

Dans la brume, au petit matin,

Quand l’insomnie vous vagabonde.

Toit de chaume et volets verts,

Elle cache au fond de son jardin,

Le doux murmure d’une rivière,

Mais chut, surtout n’en dîtes rien.

Moi j’y venais chaque saison,

Du printemps à l’été indien,

M’asseoir auprès du petit pont

Et dire bonjour au vieux chien.

Les saules blancs, penchés sur l’eau,

Faisaient la cour à la rivière,

Où ont donc fui tous les oiseaux

Qui chantaient là naguère ?

Elle va courbant sa silhouette,

La maison du bout du chemin,

Le vent d’hiver hurle et tempête,

Le vieux chien est mort ce matin.

Bienvenue aux terres de Corrèze, en Limousin plus exactement. Perdue au milieu des champs de pommiers, cette maison là avait des secrets. Nous en étions sûrs. Il y avait là un vieil homme qui vivait seul avec son chien . Il ressemblait à Belle dans Sébastien, ce chien. Les vacances de Pâques nous ramenaient inévitablement chez les cousins aux alentours de Brive, quatorze frères et soeurs. Comme on dit, il y avait de l’ambiance. Nous pêchions les truites dans les torrents, nous rentrions les vaches à l’étable. Moi j’étais plutôt de la ville, j’avais peur des cochons et autres bestioles. Les oies me coursaient. Alors je filais en douce chez le vieil homme . C’était surtout le chien que j’aimais. Jusqu’au jour où, ainsi va la vie, il est mort. Je ne suis jamais retournée à Juchepie. Le vieux chien rôde encore dans ma mémoire, gardien de mes secrets d’enfant

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s